Fourteen artists on scene, twelve acrobats – including two women – and two musicians produced a show in front of a full room where 15 of our pupils enjoyed the impressive and musical Marocco presentation. All say being a “children” of Sidi Ahmed or Foamed, a holy Sufi of the 15th century, guards of the Moroccan acrobats. Even if the current beliefs leave little place with has magic from which their ancestors profited, they are not deprived to point out it. In Halka, the artists of the lifting Group of Tangier question with their bodies the memories of an art which worked their report in the world. Their lifting, powerful and singular prowesses, draw from this tradition inherited the past the vocabulary of their contemporary creation. With them, the acrobats explore contradictions of their pulled about world enters crowned and layman, taste for the spectacular one and presence of invisible, authenticity and loans. These acrobatics are also music. They make us share theirs, made declaimed poetry, cries, songs and percussions. They express with an unbounded this freedom to have been able to cross, thanks to this art, geographical borders, cultural humour, of kind, class… Pupils were invited to give up their reference marks and to let themselves bewitch by the energy of their multiple, lifting and sound bodies.

Halka
Une création collective acrobatique qui défie les lois de la gravité.

Quatorze artistes sur scène, douze acrobates – dont deux femmes – et deux musiciens. Tous se disent être des « enfants » de Sidi Ahmed ou Moussa, un saint soufi du XVe siècle, protecteurs des acrobates marocains. Même si les croyances actuelles laissent peu de place à l’aura magique dont bénéficiaient leurs ancêtres, ils ne se privent pas de le rappeler.

Dans Halka, les artistes du Groupe acrobatique de Tanger questionnent avec leurs corps les mémoires d’un art qui a façonné leur rapport au monde. Leurs prouesses acrobatiques, puissantes et singulières, puisent dans cette tradition héritée du passé le vocabulaire de leur création contemporaine. Avec elles, les acrobates explorent les contradictions de leur monde tiraillé entre sacré et profane, goût pour le spectaculaire et présence de l’invisible, authenticité et emprunts. Cette acrobatie est aussi musique. Ils nous font partager la leur, faite de poésie déclamée, de cris, de chants et de percussions.

Ils expriment avec un humour sans limite cette liberté d’avoir pu franchir, grâce à cet art, les frontières géographiques, culturelles, de genre, de classe… Les élèves ont été invités à abandonner leurs repères et à se laisser envoûter par l’énergie de leurs corps multiples, acrobatiques et sonores.

Création collective avec la collaboration artistique de Abdeliazide Senhadji, Airelle Caen et Boutaina El Fekkak | Groupe acrobatique de Tanger

 

PT7 Halka
PT7 Halka
PT7 Halka
PT7 Halka
PT7 Halka
PT7 Halka
PT7 Halka
PT7 Halka
PT7 Halka
PT7 Halka
PT7 Halka
PT7 Halka
PT7 Halka
PT7 Halka
Retour à l'accueil