One group of 15 pupils were at the one woman show in the Bateau Feu.

To sing, speak, to fight against the abatement.
Anne Conti is a special actress and when she writes her own projects, she writes and sings to carry figures of “powerful” women. Accompanied on scene by a percussionist and a painter, it is this woman who one day of November, lost courage as his keys are lost. Its arms fell on the ground, a short-circuit crossed her. After one period of glaciation, it is time to awake, tell, understand. What courage, which gives some or the fact of losing…
It knows that it is not an isolated case. The phenomenon develops. Closely related to dehumanizing realities of our economic world and social. This woman involves the public in her reflection. With humour and poetry, painting and songs, it decides to act to rectify itself. Accompanied by its dreamed of childhood, she live seeks these magic moments which save abatement and nothing, and gives again life with the desires. Any rest to be made is inspired by the texts of Cynthia Fleury “the End of courage”, of Vladimir Jankélévitch, Victor Hugo, Charlie Delwart, of multiple documentaries and ends of stories… It will be nourished voices of the teenagers of the Neighborhood house of the Meridian line having taken part in the internship Any rest to be made animated by Anne Conti.

 

Chanter, parler, pour lutter contre l’abattement.
Anne Conti est une actrice à part et lorsqu’elle écrit ses propres projets, elle écrit et chante pour porter des figures de femmes « puissantes ».
Accompagnée sur scène d’un percussionniste et d’une peintre, elle est cette femme qui un jour de novembre, d’un coup, a perdu le courage comme on perd ses clés. Ses bras sont tombés à terre, un court-circuit l’a traversée. Après une période de glaciation, il est temps de se réveiller, de raconter, de comprendre. Qu’est-ce que le courage, ce qui en donne ou le fait perdre… Elle sait qu'elle n'est pas un cas isolé. Le phénomène s'amplifie. Intimement lié aux réalités déshumanisantes de notre monde économique et social.
Cette femme entraîne le public dans sa réflexion. Avec humour et poésie, peinture et chansons, elle décide d’agir pour se redresser. Accompagnée de ses rêves d’enfance, elle cherche en direct ces instants magiques qui sauvent de l’abattement et du néant, et redonne vie aux envies.
Tout reste à faire est inspiré des textes de Cynthia Fleury "La Fin du courage", de Vladimir Jankélévitch, Victor Hugo, Charlie Delwart, de multiples documentaires et bouts d'histoires… Il sera nourri des voix des adolescents de la Maison de quartier du Méridien ayant participé au stage Tout reste à faire animé par Anne Conti.

Anne Conti | Patricia Pekmezian | Cie In Extremis

PT7 Tout reste à faire
PT7 Tout reste à faire
PT7 Tout reste à faire
PT7 Tout reste à faire
PT7 Tout reste à faire
PT7 Tout reste à faire
PT7 Tout reste à faire
PT7 Tout reste à faire
PT7 Tout reste à faire
PT7 Tout reste à faire
Retour à l'accueil